L’équipe canadienne de rugby en fauteuil roulant défait la Suède et avance en demi-finale contre sa rivale de toujours, l’équipe américaine

LONDRES, le 7 septembre 2012 – Le Canada a su contenir les efforts de la Suède aujourd’hui et avance en demi-finale du tournoi de rugby en fauteuil roulant où il se mesurera aux États-Unis. Les deux équipes ont été nez à nez pendant la majorité du match dont l’issue a été déterminée par la possession du ballon au dernier coup de sifflet.

Le Canada a affronté la Suède pour la dernière fois en Coupe du monde plus tôt cette année. Comme aujourd'hui, le match s’était terminé avec une différence d’un point. Les deux équipes et leurs partisans massés au pavillon de basketball du parc olympique savaient que la lutte s’annonçait chaude.

« Nous savions que ce serait un match difficile, dit Trevor Hirschfeild. Les dernières fois que nous les avons affrontés, la Suède s’est avérée un farouche adversaire et nous savions que ce ne serait pas facile, mais nous voulions vraiment les battre et à la fin, nous avons eu le dessus. »


Lors des dernières minutes du match, le Canada avait une avance d’un point et Mike Whitehead a fait une longue passe à Trevor Hirschfield. Le ballon a raté un joueur suédois de peu et Trevor a sprinté pour l’attraper et a traversé la ligne une fraction de seconde avant le coup de sifflet. Le Canada a ainsi obtenu une avance de deux points au moment le plus important du match.

Avec 10 secondes restant à l’horloge, le vétéran Garett Hickling a été pris à part par trois joueurs en tentant d’éviter un entre-deux. Ce faisant, il a atteint un des joueurs suédois au visage et ils ont tous deux été punis pour faute technique. Avec quatre secondes à faire, le jeu était maintenant de trois contre trois dans l’une des fins de match les plus spectaculaires des Jeux paralympiques.


« Nous pensions que le vent tournerait pour nous en troisième ou quatrième période avec tout le travail que nous avons fait sur la force et la forme physique, affirme l’entraîneur en chef Kevin Orr. Les gars sont restés maîtres d’eux-mêmes et je suis fier de la façon dont ils ont joué. On peut jouer pour ne pas perdre, mais on peut jouer pour gagner et je suis fier de la façon, ils s’en sont sortis. »

Le Canada affrontera sa rivale de toujours, l’équipe américaine, en demi-finale demain. Contrairement au célèbre match de 2004 immortalisé dans le documentaire Murderball, le Canada essaiera de vaincre le numéro un mondial pour avoir une chance de décrocher la médaille d’or.


« Notre force est équivalente à celle des États-Unis, ajoute l’entraîneur Orr. Ils ont une bonne équipe, un bon entraîneur, mais nos chances sont bonnes. Nous avons une équipe solide et équilibrée et nous avons un jeune joueur qui fait toute la différence. Nous n’avons rien à perdre sur ce point. Les États-Unis ont tout à perdre et nous avons tout à gagner. Nous sommes ici pour la médaille d’or. »