#44: Ron Minor

Écrit par le Dr Robert D. Steadward

Les contributions de Ron Minor à la communauté dépassent de beaucoup celles du bénévole «traditionnel». Je considèrerais plutôt Ron comme un «pionnier», un défricheur qui a brisé les barrières, transformé les perceptions, et créé de nouvelles réalités pour les personnes ayant des problèmes de mobilité.

Il a contracté la poliomyélite à l'âge de deux ans, et passé de nombreuses années à l'hôpital. Mais il adorait le sport et il a recherché les occasions d'en pratiquer pendant les années 1960 et les années 1970, une époque où les occasions étaient limitées pour les personnes en fauteuil roulant. Mais pas grand' chose, si ce n'est rien du tout, ne pouvait arrêter Ron.

Dans un article citant Ron, on pouvait lire : «Souvent, les personnes ayant un handicap sont comme jetées dans un placard. Si elles faisaient davantage de choses, elles auraient plus de visibilité, et seraient mieux acceptées sur le plan social.»

Et il ajoutait : «La plupart des gens ne savent pas comment réagir face à une personne ayant un handicap parce qu'ils n'en ont pas côtoyé beaucoup».

Et dans la suite de l'article, on pouvait lire : «victime de la polio à l'âge de deux ans, Minor ne marchera plus jamais. Mais, il nous dit que son fauteuil roulant n'a jamais été un obstacle pour lui dans la vie : «J'en ai fait autant, sinon plus que la plupart des gens.» On précisait aussi dans cet article que : «L'aventure la plus ambitieuse de Minor était son périple de 290 kilomètres jusqu'à Edmonton.» L'article expliquait que Minor avait prévu de couvrir 70 km par jour à une vitesse moyenne de 10 km/heure. Cela avait l'air d'être un rythme ambitieux, mais les membres du groupe de coureurs de l’école secondaire qui l'ont accompagné pendant la première étape de son voyage étaient tous persuadés qu'il pourrait maintenir ce rythme jusqu'au bout.»

D'ailleurs, l'article se terminait comme suit : «Minor a parcouru les cinq premiers kilomètres, dont la grande majorité en montée, à une vitesse moyenne dépassant les 12 km/heure. À ce rythme, la plupart des coureurs qui l'accompagnaient étaient à bout de souffle, mais Minor ne faiblissait pas.»

À Edmonton, il a joué un rôle essentiel pour le mouvement en faveur de l'accessibilité, non seulement en étant un de ses porte-parole, mais en incitant les autres à y participer.

En 1979, l'Association des reporters sportifs d'Edmonton a décidé de scinder en deux son prix de sportif par excellence de l'année, et nommé Gretzky le meilleur athlète professionnel de 1979, et Ron Minor le meilleur athlète amateur de l'année.  Selon l'article paru dans les journaux : «Minor a également été nommé athlète par excellence aux Jeux nationaux en fauteuil roulant de 1978 et de 1979.  En 1977, il a remporté le titre dans la catégorie de 127 livres aux championnats canadiens et internationaux de bras de fer. Ses premières prouesses remarquables ont eu lieu en 1978, quand il a établi de nouveaux records du monde au 800 mètres, en deux minutes, 38,2 secondes, et au 1 500 mètres, en 4 minutes 52,6 secondes aux Jeux para panaméricains. Ce dernier temps en faisait le premier athlète en fauteuil roulant à briser la barrière des cinq minutes. Grâce à ce résultat, il a été invité à la rencontre d'athlétisme Mémorial Von Damme, en Belgique, où il s'est classé troisième, malgré un pneu crevé, au 800 mètres, devant 60 000 spectateurs.   

Ron a été intronisé au Temple de la renommée des sports de l'Alberta en 1980, où sa biographie décrit très bien ses prouesses.

Ron Minor a commencé à gagner des compétitions de sports en fauteuil roulant en 1975. Il touchait à tout : basketball en fauteuil roulant, natation, haltérophilie, et athlétisme. En 1976, il a remporté une médaille d'argent et une médaille de bronze au Championnat canadien, et l'année suivante il s'est amélioré et y a raflé un total d'une médaille d'or, trois médailles d'argent, et quatre médailles de bronze. Au Championnat canadien de 1978, il s'est adjugé six médailles d'or en athlétisme, et une médaille d'argent en basketball. Aux Jeux para panaméricains de 1978, il a conquis trois médailles d'or, établissant des records du monde au 800 mètres et au 1 500 mètres. Et en 1979, Ron Minor a mis dans son escarcelle un total de cinq médailles d'or et de six médailles d'argent au Championnat du monde et aux Jeux mondiaux de Stoke Mandeville en Angleterre.

Depuis son intronisation au Temple de la renommée en 1980, Ron a connu d'autres succès

  • aux Jeux paralympiques de Toronto de 1976 - athlétisme (1500 m) et natation (50 m dos);
  • aux Jeux paralympiques d'Arnhem en 1980 - athlétisme (100m, 800m, 1500m et relais 4 x 100 m);
  • en 1984, à New York et aux Jeux paralympiques de Stoke Mandeville - membre de l'équipe canadienne de basketball en fauteuil roulant;
  • aux Jeux paralympiques de Seoul en 1988 - membre de l'équipe canadienne de basketball en fauteuil roulant;
  • aux Jeux paralympiques de Barcelone en 1992 - membre de l'équipe canadienne de basketball en fauteuil roulant;
  • en 1996, intronisé au Temple de la renommée de Basketball en fauteuil roulant Canada dans la catégorie des athlètes;
  • en 2005, champion de l'Association canadienne de basketball en fauteuil roulant;
  • en 2008, intronisé au Temple de la renommée des sports de l'Alberta pour la deuxième fois
  • en 2004 et 2005, membre de l'équipe de basketball des Northern Lights de l'Alberta.

Ron Minor est vraiment un des athlètes emblématiques du Canada. Il brillait dans de multiples sports, faisant de la compétition d'athlétisme, de natation et de basketball en fauteuil roulant aux niveaux national et mondial. L'ACSFR est réellement honorée de reconnaître ses prouesses sportives, son statut de modèle pour tous, et son leadership, dont il a fait preuve toute sa vie dédiée aux personnes ayant un handicap.