#16: L'histoire du rugby en fauteuil roulant 1983-1994

Écrit par Pawel Zbieranowski

 
Au milieu des années 1980, le sport du rugby en fauteuil roulant a continué son essor, et a connu plusieurs changements, ainsi que fait face à de nouveaux défis. Davantage de tournois ont été organisés au Canada, et de plus en plus d'équipes ont été mises sur pied. Durant cette nouvelle décennie, le sport a atteint un statut plus élevé, sa classification et ses règlements se sont développés, et il a connu une forte croissance sur le plan international
 

L'année 1983 a très bien commencé, avec un tournoi de démonstration organisé à  Regina, en Saskatchewan, qui regroupait des équipes provinciales de l'Alberta, de l'Ontario de la Saskatchewan et une nouvelle équipe du Dakota du Nord. L'Alberta l'a emporté face à l'Ontario à l'issue d'un match enlevant, sur la marque de 26 à 24 après une double prolongation, pour s'adjuger les grands honneurs du tournoi. C'est à cette époque que les fauteuils légers ont commencé à faire leur apparition, ce qui a fait toute une différence, le jeu devenant beaucoup plus rapide et les scores beaucoup plus élevés. L'Ontario et la Québec ont également organisé leur championnat provincial annuel respectif, et les Classic Indoor Games de Windsor sont devenus bien établis, offrant une occasion de compétition supplémentaire aux athlètes.
 

Le Championnat canadien de Murderball de 1983 a eu lieu à Sudbury, en Ontario, dans le cadre des Jeux canadiens nationaux d'été. Comme l'année précédente, sept équipes provinciales ont participé à ce Championnat : l'Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba, l'Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick, et une nouvelle venue, la Nouvelle-Écosse. Cela attestait bien du développement du Murderball dans les provinces de l'Atlantique, mais l'absence de la Colombie-Britannique était quand même un signe que le développement de ce sport au niveau provincial demeurait encore vulnérable. Et les équipes de Murderball ont dû affronter un autre défi à ce Championnat, celui des joueurs qui concouraient dans d'autres sports. Même si c'était assez fréquent à cette époque de participer à des épreuves de plusieurs sports différents, la plupart des sports avaient une priorité supérieure à celle du Murderball, si bien que les joueurs étaient parfois en retard pour les parties, ou même choisissaient de participer à un sport plutôt qu'à un autre. Pour résoudre ce problème, on a décidé d'organiser les futurs championnats de Murderball indépendamment des Jeux nationaux à partir de cette année-là.

 

 

Il y a eu une autre première à ce Championnat canadien de Murderball de 1983, à savoir qu'aucun des deux finalistes des quatre précédents championnats (l'Ontario et la Colombie-Britannique) n'a réussi à se qualifier pour le match pour l'attribution de la médaille d'or. En effet, la Colombie-Britannique n'a pas participé au tournoi, tandis que l'Ontario s'est classé troisième. C'est le Québec qui l'a emporté devant l'Alberta sur la marque finale de 20 à 19. Et cela a amorcé une série de quatre titres nationaux consécutifs pour le Québec, à savoir en 1983 à Sudbury, ON; en 1984 à Winnipeg, MB; en 1985 à Longueuil, QC; et en 1986 à Regina, SK.
 

En 1983, on a aussi commencé le processus de changement de nom du Murderball en «rugby en fauteuil roulant». Cette proposition, lancée par Pawel Zbieranowski et les représentants régionaux de l'Ontario, a été approuvée par la province de l'Ontario en novembre de la même année. Puis l'ACSFR a ratifié ce changement sur le plan national en 1984, le premier Championnat canadien de «rugby en fauteuil roulant» étant organisé en 1985.

  

Au Championnat canadien de 1987 à Ottawa un changement de garde a eu lieu en haut du podium. La Saskatchewan a émergé comme la nouvelle puissance du rugby en fauteuil roulant au Canada, remportant cinq titres consécutifs : en 1987 à Ottawa, ON; en 1988 à Vancouver, CB; en 1989 à Niagara Falls, ON; en 1990 à Saskatoon, SK; et en 1991 à Toronto, ON. Malheureusement, à cause de problèmes financiers et d'organisation, il n'y a pas eu de Championnat canadien en 1992. Et en 1993, la Colombie-Britannique a commencé sa domination au Canada en remportant neuf titres nationaux de suite, un exploit sans précédent. Deux de ces titres (1996 et 1998) ont été partagés avec le Québec, car le Championnat avait alors été scindé en deux tournois régionaux, dans l'Est et dans l'Ouest du Canada. En 1994, le Championnat canadien a été organisé à Charlottetown, à l'IPÉ, marquant ainsi la première fois où un championnat canadien était organisé dans les provinces de l'Atlantique du Canada.

 

Du milieu des années 1980 au milieu des années 1990 une série d'événements ont élevé le rugby en fauteuil roulant au statut de sport vraiment bien établi. Le développement du rugby en fauteuil roulant sur le plan national a été piloté par plusieurs coordonnateurs nationaux : Chris Sobkowicz, de Winnipeg (de 1981 à 84), André Asselin, de Montréal (de 1985 à la mi 87), et Pawel Zbieranowski, de Toronto (de 1987 à 94). Un comité national du rugby (CNR) a été mis sur pied en janvier 1993, Pawel Zbieranowski jouant le rôle de coordonnateur national aux côtés des représentants de l'Ouest – Mike Bacon, et de l'Est – André Asselin. Même si le Murderball, et plus tard le rugby en fauteuil roulant, fonctionnaient sous le même parapluie de l'ACSFR, la réelle représentation de ce sport au sein de l'ASCFR n'a été établie que lors de la saison 1987-88. L'ACSFR considérait encore ce sport comme le «nouveau venu à la maison» et l'avait classé dans la troisième catégorie, soit celle des «sports non sanctionnés». Cela signifiait que le soutien financier accordé était limité et que l'aide était fournie dans «les temps libres du bureau». Comme la représentation provinciale au Championnat canadien de rugby en fauteuil roulant variait d'une année à l'autre, l'ACSFR considérait qu'il s'agissait de tournois non sanctionnés. Suite à une pétition et à une motion présentées par Pawel Zbieranowski à l'occasion de la réunion d'automne 1992 de l'ACSFR, le premier Championnat canadien de rugby en fauteuil roulant sanctionné a eu lieu en 1993. Ceci a élevé le statut national du rugby en fauteuil roulant au Canada. 

 

Les Bulldogs de Toronto 1991

 

Dans le milieu des années 1980, il y a également eu des contributeurs importants dans le domaine du développement des officiels. Gilles Brière et Tony Lapolla, deux arbitres de basketball en fauteuil roulant très respectés, ont été invités aux Classic Indoor Games de Windsor de 1984. On espérait alors qu'ils mettraient initialement sur pied un programme de formation des officiels, mais en fait, ils sont tous les deux devenus des piliers de l'arbitrage du rugby en fauteuil roulant, au Canada et dans tous les coins du monde. Avec l'aide d'arbitres locaux,  Gilles et Tony ont élaboré, révisé et mis en place des séries de règles quadriennales, des livrets pour les arbitres et des manuels de cas. Ils ont aussi organisé et dirigé des stages de formation et mis en place un programme de certification des arbitres.

 

Cependant, la classification des athlètes demeurait un domaine de préoccupation. Le travail initial de Sue Mount en Ontario a été développé davantage par Sue Russel, une physiothérapeute, et par la Dr. Emilie Newell. Avec le soutien de physiothérapeutes du Québec et de la Saskatchewan, ils ont élaboré un test des capacités fonctionnelles des athlètes. Le système initial «1A, 1B, 1C, et 8 points sur le sol» a connu plusieurs changements, certaines variantes incluant jusqu'à 9 points sur le sol et les niveaux individuels de classification allant de 0.5 à 4.5. En collaboration avec des classificateurs internationaux, le système actuel de 8 points et de catégories (classes) allant de 0.5 à 3.5 a été établi. À ce jour, la Dr. Emilie Newell continue à offrir son expertise de la classification des athlètes dans toute une gamme de sports.

 

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, le rugby en fauteuil roulant a connu un important développement sur le plan international. Cet essor a été lancé par le premier tournoi international annuel de rugby en fauteuil roulant à Toronto en 1998, auquel ont participé des équipes provinciales canadiennes, l'équipe nationale de la Grande-Bretagne, et des équipes de plusieurs états des États-Unis. Cela a mené à l'inclusion du premier tournoi international de rugby en fauteuil roulant dans le cadre des Jeux mondiaux en fauteuil roulant de Stoke Mandeville, auxquels la première équipe nationale du Canada de rugby en fauteuil roulant, rassemblée à cette occasion, a participé. Malheureusement, cette équipe n'était pas la plus forte que le Canada pouvait réunir, car certains joueurs clés de rugby en fauteuil roulant faisaient aussi partie de l'équipe canadienne d'athlétisme. Tout comme lors des Jeux nationaux de 1983, les joueurs étaient parfois forcés de choisir parmi les sports qu'ils pratiquaient, or l'athlétisme en fauteuil roulant permettait aux athlètes de concourir à des championnats du monde et à des Jeux paralympiques, ce que le rugby en fauteuil roulant ne leur offrait pas encore. Malgré le fait que la saison de compétition était terminée pour ces athlètes, et qu'ils se trouvaient à Stoke, on ne leur a pas permis de faire partie de cette équipe-là de rugby en fauteuil roulant. Et ce n'est pas avant 1993, année où le premier Championnat canadien sanctionné de rugby en fauteuil roulant a eu lieu, que l'équipe nationale de rugby en fauteuil roulant a bénéficié des mêmes conditions que les autres équipes nationales canadiennes.

 

Ottawa Stingers aux Jeux intérieurs de Windsor de 1991