#1: Les débuts des sports en fauteuil roulant: 1944-1964

Écrit par Dr. Robert D. Steadward

Les débuts des sports en fauteuil roulant ont eu lieu pendant la Deuxième guerre mondiale. À cette époque, 80% des tétraplégiques mouraient dans les trois années suivant leur blessure. Cette faible chance de survie a mené à la création d'une nouvelle approche de la réadaptation. Après la Deuxième guerre mondiale, les connaissances médicales relatives aux lésions médullaires se sont énormément améliorées, ce qui a conduit à de nouvelles techniques, améliorées, de réadaptation.

L'invasion de l'Europe par les alliés lors de la Deuxième guerre mondiale a causé de nombreux blessés canadiens, américains et britanniques, et cet afflux d'anciens combattants ayant des handicaps a provoqué un nouvel élan des diverses méthodes et techniques de réadaptation. Ces changements ont éventuellement mené à la création de programmes sportifs dans ces trois pays.

À l'hôpital de Stoke Mandeville, en Grande-Bretagne, un neurochirurgien appelé le Dr. Ludwig Guttmann a fait des expériences avec des activités de punching-ball, de fléchettes, de monter à la corde, et de billard. Le polo en fauteuil roulant a été introduit par la suite, mais il a duré très peu de temps et a été éventuellement remplacé par le basketball en fauteuil roulant, plus populaire. Étant donné la réussite du sport à titre d'activité de réadaptation et de traitement clinique, Guttmann a été conduit à mettre en place une journée officielle de compétitions, et Stoke Mandeville est devenu renommée à titre de lieu de naissance des sports en fauteuil roulant. Ces compétitions sportives locales initiales à l'hôpital de Stoke Mandeville se sont rapidement développées en une compétition internationale annuelle connue sous le nom de «Jeux de Stoke Mandeville», dont la première édition a eu lieu en 1952, avec 130 concurrents représentant l'Angleterre et les Pays-Bas.

Au Canada, les premières activités organisées de sport en fauteuil roulant ont eu lieu en 1947, sur la pelouse de l'hôpital de réadaptation de Deer Lodge à Winnipeg, au Manitoba. Cette compétition avait les mêmes principes que ceux mis de l'avant à Stoke Mandeville. Parmi les épreuves au programme figuraient le tir à l'arc, le lancer de bouteilles de lait, le lancement d'un ballon de basketball, le lancer d'anneaux, le croquet, et les coups roulés de golf. Il s'agissait d'une compétition interservices à laquelle participaient neuf équipes constituées chacune de huit patients.

Sur le plan international, les sports en fauteuil roulant ont pris un essor rapide dans la sensibilisation du public. En 1960, les premiers Jeux paralympiques, encore appelés Jeux de Stoke Mandeville, ont eu lieu à Rome, en Italie; mais le Canada n'y a envoyé aucun concurrent.

Et 1964, les seconds Jeux paralympiques ont eu lieu à Tokyo, au Japon, et là encore, le Canada n'a pas participé. Le Dr. Robert W. Jackson, un étudiant en médecine canadien travaillant comme conseiller en orthopédie de l'équipe olympique canadienne de l'époque, a demandé pourquoi le Canada ne participait pas à ces Jeux.

Le Dr. Jackson a approché le Dr. Guttmann à Tokyo pour lui faire part de sa déception dûe à l'absence du Canada. Le Dr. Guttmann a répondu aux préoccupations de Jackson en lui donnant son sentiment à propos de l'ambivalence apparente de l'Association canadienne des paraplégiques (ACP) vis à vis du sport et des loisirs. Du point de vue de Guttmann, l'ACP mettait trop l'accent sur la réadaptation en milieu de travail, tout en ignorant complètement les bénéfices des autres méthodes.

Si bien que le Dr. Jackson a quitté Tokyo avec la promesse de réunir une équipe canadienne pour les Jeux de 1968, prévus à Tel Aviv, à Ramat Gan, en Israël. Et cette promesse a nourri la croissance constante des sports en fauteuil roulant, qui a mené en 1967 à la constitution en société d'un organisme national directeur des sports en fauteuil roulant, l'Association canadienne des sports en fauteuil roulant.