#38: Clayton Gerein

Écrit par l'Association des sports en fauteuil roulant de la Saskatchewan

Clayton Gerein a amorcé sa carrière dans le domaine des sports en fauteuil roulant en 1982, après avoir subi une grave blessure au cou alors qu'il entraînait des chevaux. Il a pratiqué la natation et le rugby a début de sa carrière, mais il s'est vite intéressé à l'athlétisme.

Il a participé aux Jeux mondiaux des sports en fauteuil roulant de 1984 (prédécesseurs des Jeux paralympiques) en natation, puis il a récolté quinze médailles en athlétisme aux Jeux paralympiques, de 1988 à 2006. Pendant sa carrière sportive, il a battu à de nombreuses reprises des records canadiens et mondiaux dans des distances allant du 800 mètres au  marathon.

Clayton a été nommé Athlète de l'année par excellence de la Saskatchewan en 2001, 1996 et 1987.

Clayton a également reçu la Médaille commémorative du 125e Anniversaire du Canada en reconnaissance de sa contribution importante aux sports en fauteuil roulant. En 2010, on a décerné à Clayton le prix Dr Robert W. Jackson pour ses années de dévouement et de contribution aux sports en fauteuil roulant.  De plus, Clayton a été intronisé au Temple de la renommée de la Saskatchewan et au Temple de la renommée paralympique du Canada en 2011.

Clayton Gerein nous a quittés en 2010, et l'Association des sports en fauteuil roulant de la Saskatchewan a mis en place un Fonds du patrimoine en sa mémoire.

Clayton Gerein
Clayton Gerein s'entraîne pour les Jeux paralympiques de 2004

Le Fonds du patrimoine Clayton Gerein a été établi pour fournir de l'aide aux futurs paralympiens faisant des sports en fauteuil roulant. Ce soutien soutiendra les athlètes suivant la voie tracée par Clayton, en les aidant à répondre à leurs besoins en matière d'équipement, d'entraînement et de compétition. Mais le legs de Clayton dépasse de beaucoup ce simple Fonds. Il a en effet présenté le sport à de nombreuses personnes ayant un handicap physique, et a contribué à lancer la carrière sportive de plusieurs athlètes locaux, dont Lisa Franks et Miranda Biletski.


Écrit par Miranda Biletski

On m'a demandé de rédiger un article sur Clayton Gerein pour les célébrations 70-50-40. Pour être honnête, la tâche m'a parue très ardue au début. En effet, comment rendre adéquatement justice à mon mentor et ami pour la vie?

Il serait très facile de parler de toutes les récompenses de Clay. Sa carrière de paralympien, dans plusieurs sports, s'est prolongée sur sept Jeux paralympiques. Mais si on le lui demandait, il n'en avouerait probablement que six, parce qu'il était un peu embarrassé de sa carrière en natation. Clay a remporté quinze médailles paralympiques et battu plus de records du monde qu'on ne peut en compter!

Ce qui rendait Clay si spécial, c'est que si on avait eu la chance de le rencontrer ou de bien le connaître, les résultats importaient peu. Il se servait de sa renommée pour aider les autres, et était incroyablement modeste en ce qui concerne ses succès. Même si Clay nous a quittés en 2010, son legs se fait encore sentir plus fortement que jamais, et perdurera encore de nombreuses années. Que ce soit par l'entremise des athlètes parvenus à la gloire grâce à son mentorat, des blessés qu'il a encouragés à accomplir quoi que ce soit, ou de son travail pour supprimer les obstacles sociaux, la présence de Clay est ressentie tous les jours, et il a inspiré une génération toute entière.

En bout de ligne, l'accomplissement le plus magnifique de Clay sont ses filles. Cela a été pour moi un honneur de voir Jasmine et Zoe devenir les jeunes femmes accomplies et pleines de compassions qu'elles sont aujourd'hui. Elles continuent à suivre les pas de leur père en siégeant au comité du Fonds du patrimoine Clayton Gerein. Ce Fonds a été établi pour aider les athlètes à défrayer leurs coûts d'équipement spécialisé, de voyages et d'entraînement. Je ne pense pas qu'un quelconque d'entre nous puisse jamais égaler les prouesses de Clay, mais j'aime penser que quelque part, il est en train de sourire, sachant que tant athlètes sont soutenus grâce à son travail. 


Clayton Gerein en compétition au rugby en fauteuil roulant en 2008

Je pourrais vous raconter de nombreuses anecdotes à propos de Clay, qui vous feraient rire à pleurer. Malheureusement, il ne serait pas très approprié de partager la plupart de ces histoires! Mais une de mes favorites est la création de la «Machine verte». En 2007, Regina accueillait son premier tournoi de rugby en fauteuil roulant depuis des années. Clayton était déterminé à jouer dans le vieux fauteuil de rugby de ses jours de gloire! C'était un vieux fauteuil «Top End» et je suis certaine qu'il datait de la fin des années 1980 ou du début des années 1990. Alors nous avons décidé qu'il avait besoin d'une couche de peinture fraîche. Nous avons donc trouvé plusieurs bonbonnes de peinture vert lime, horrible!  Nous nous sommes installés dans la cour arrière chez ma grand-mère, recouverts de sacs poubelles pour ne pas tacher nos vêtements, et nous nous sommes attelés à la tâche de peindre son fauteuil. Le produit fini n'était pas beau à voir! Mais le tournoi a eu lieu, et, croyez-moi ou non, chaque fois que quelqu'un frappait Clay, un peu de rouille tombait de sa «Machine verte». D'ailleurs, quelques mois plus tard, le cadre s'est fendu en deux, si bien que nous avons dû acheter à Clay un «vrai» fauteuil de rugby!

En ce qui me concerne, je sais que je n'aurais jamais participé aux Jeux paralympiques sans l'aide de Clay. Il ne m'a pas permis de pleurer sur mon sort après ma blessure, et il m'a ouvert les yeux à toutes les possibilités qui s'offraient à moi et que je pouvais accomplir. Quand je pense à lui, j'ai encore le sourire aux lèvres. Certains jours, je pense qu'on m'a volée, parce qu'il a été si peu de temps dans ma vie, mais je lui serai toujours reconnaissante du mentorat et du soutien qu'ils m'a donnés pendant quatre ans. Si je pouvais être seulement le dixième de la personne que Clay a été, je sais que j'aurai fait une différence dans la vie de plusieurs personnes.

Si vous lisez cet article, j'espère que cela vous inspirera à aider les autres. Parce qu'en bout de ligne, tous vos accomplissements ne sont pas ce qui compte. Ce qui compte, c'est comment les autres se sentent grâce à vous.