#27: Allan Simpson

Écrit par Kathy Newman, 

En 1966, les deuxièmes Jeux du Commonwealth des paraplégiques ont eu lieu à Kingston, en Jamaïque. C'est là que Ben Reimer, de Winnipeg, a connu tant de succès, si bien que cela lui vaudrait plus tard le titre d'athlète de l'année du Canada. Et c'est en partie les succès de Reimer qui ont motivé plusieurs habitants de Winnipeg, avec à leur tête Allan Simpson, à aller voir le comité organisateur des Jeux panaméricains de Winnipeg de 1967 pour qu'ils incluent au programme une partie de basketball en fauteuil roulant. Leur demande a tout d'abord été rejetée, mais ils ne se sont pas découragés pour autant, et n'ont pas abandonné.

Ces avocats des sports en fauteuil roulant, connus sous le nom de “Manitoba Monday Night Club,” se réunissaient régulièrement dans un centre de sports et de loisirs où des personnes ayant un handicap se rendaient de temps en temps. Ils discutaient de plusieurs enjeux lors de ces réunions, et notamment du transport, de l'accessibilité, du bénévolat, de l'organisation, et de la collecte de fonds publique. En 1967, tous ces enjeux se sont apparemment rejoints, et le rejet de la part du comité organisateur hôte des Jeux panaméricains a été la goutte qui a fait déborder le vase.

Le groupe a commencé à communiquer avec des individus et des groupes homologues aux États-Unis, en Jamaïque, à Trinidad et Tobago, et en Argentine, et ensemble, ils ont envisagé la possibilité d'organiser des Jeux panaméricains parallèles, mais pour les athlètes ayant un handicap. En réaction aux progrès peu rapides du projet, Al Simpson a décidé d'organiser une manifestation à l'hôtel de Winnipeg où se réunissait le comité organisateur hôte des Jeux panaméricains. Suite à cette manifestation, le comité organisateur hôte est revenu sur sa décision, et il a finalement accepté de créer une section des Jeux panaméricains réservée aux athlètes ayant un handicap.

Une fois le mandat d'organiser ces Jeux donné, le prochain problème a bien sûr été d'assurer leur financement. Un groupe composé de Al Simpson; de Tony Mann, directeur administratif de la division du Manitoba de l'Association canadienne des paraplégiques (ACP); et de Doug Mowat, de la division de la Colombie-Britannique de la CPA, a amorcé le long processus consistant à faire des pressions sur le gouvernement.

Le ministre fédéral John Monroe a finalement accepté de fournir une subvention à Simpson et à son comité, mais les règlements stipulaient que l'argent devait être versé à une organisation nationale. Or, l'Association canadienne des sports en fauteuil roulant (ACSFR) n'existait pas encore officiellement à cette époque, par conséquent le conseil d'administration de l'ACP a accepté d'agir temporairement à titre d'association nationale.

Tandis que le groupe du Manitoba se préparait en vue des Jeux, l'ACP reliait entre eux des gens de tous les coins du Canada, par l'entremise du réseau radio HAM, une forme de radio amateur très populaire au milieu des années 1960. Malgré le fait que les liaisons radio HAM étaient techniquement illégales car elles contournaient le système de Belle Téléphone, l'ACP a pu continuer à utiliser ce système parce que Bell Canada a choisi de ne pas les pointer du doigt. Et c'est grâce à ces connexions que Al Simpson, Dough Mowat, et Vic Cue ont commencé à discuter sérieusement du besoin d'avoir une organisation nationale des sports en fauteuil roulant.

À l'hiver de 1966, le comité organisateur hôte des Jeux panaméricains de Winnipeg a commencé à organisé une série de «parties éliminatoires» pour aider à sélectionner une équipe nationale canadienne qui participerait à ces Jeux. Les compétitions directes étaient impossibles à cause de la grande distance entre les équipes et des coûts prohibitifs de ce type de rencontre. Par conséquent, les organisateurs se sont contentés de comparer les temps ou les distances réalisés lors de divers événements locaux. En réalité, cependant, il n'y avait pas tant d'athlètes qualifiés que cela au Canada, par conséquent ont s'est efforcé autant que possible de réunir tous ceux qui ont manifesté un effort sincère pour participer à ces Jeux.

Les Jeux ont commencé officiellement le 8 août, et ils ont été considérés comme un grand succès. Et pendant que les athlètes concouraient et s'entraînaient, beaucoup d'autres individus, dont Al Simpson débattaient des mérites et du besoin d'avoir une organisation canadienne nationale des sports en fauteuil roulant. Si bien que deux jours plus tard, le 10 août, à la résidence de l'Université du Manitoba à Winnipeg, Al Simpson a été un des treize membres du conseil d'administration à être élus lors de la création d'une association nationale des sports en fauteuil roulant.